Historique du service

IMG_1895

rapinLe service de réanimation médicale du CHU Albert Chenevier-Henri Mondor a été ouvert en 1970 par le professeur Maurice Rapin, l’un des pionniers de la réanimation médicale qu’il avait contribué à fonder avec ce qui s’appelait alors l’école de Claude Bernard, où il avait participé aux premières tentatives de ventilation « artificielle » à l’aide des « poumons d’acier » et de Jean Hamburger, avec les premiers « reins artificiels ». Devenu Doyen de la faculté de médecine de Créteil, le Pr M Rapin avait ensuite orienté ses activités dans deux directions principales: la recherche et l’évaluation des médicaments (il était également président de la commission de transparence à l’Agence du médicament) et en particulier des antibiotiques, dont il avait très tôt perçu tous les bienfaits mais aussi tous les risques à venir, et l’éthique médicale, tant la réanimation confronte à des situations complexes dans ce domaine. Le Pr M. Rapin avait également très tôt compris l’emprise inexorable de la langue anglaise sur recherche clinique en médecine, et était membre fondateur de la revue Européenne de réanimation, Intensive Care médicine, dont il a été Editeur en chef, de même que ses successeurs. A sa mort, en 1986, ses élèves ont voulu poursuivre son action à travers la création de l’Institut Maurice Rapin, dont les activités sont restées centrées sur ces deux thèmes.


lemaireLe service a été ensuite dirigé par le Pr François Lemaire, formé à l’école moderne de la recherche clinique à la mode anglo-saxonne grâce à des échanges fructueux et pérennes avec de nombreux collègues aux Etats-Unis et en Europe, initiés par le Pr M. Rapin. Ce groupe a été à l’origine des concepts modernes de la ventilation mécanique et du syndrome de détresse respiratoire aiguë de l’adulte (ARDS), dont la naissance date de la fin des années 1960 et constituait avant l’heure un véritable « ARDS-Network ». Président du Comité Consultatif Médical de l’hôpital Henri Mondor, le Pr F. Lemaire a dirigé son action vers la recherche clinique, qu’il avait à cœur de soutenir et développer en rejoignant la Direction de la Recherche Clinique à l’AP-HP, après avoir fortement contribué à l’expansion du Programme Hospitalier de Recherche Clinique (PHRC), avant de devenir conseiller du Ministre de la Santé pour les questions de recherche. Sous sa direction, le service de réanimation a amplifié le rayonnement international initié par M. Rapin, dont témoignent les nombreux « visiting professors » comme Goran Hedensternia (Suède), William Knaus (USA), Jonathan Meakins (Canada), Warren Zapol (USA), Bjorn Jonson (Suède), et les nombreux stagiaires étrangers venus du monde entier. Les élèves des Pr. M. Rapin et F. Lemaire ont poursuivi ces orientations, notamment dans le domaine de la ventilation mécanique, dont le service est devenu centre de référence national et international ; la ventilation non-invasive a vu le jour à Henri Mondor sous l’impulsion des Pr Lemaire, Alain Harf et Laurent Brochard. L’importance des travaux de ce dernier l’a conduit à être recruté à Genève puis à Toronto.


Les grandes orientations cbb2du service, dirigé de 2001 à 2015 par le professeur Christian Brun-Buisson, ont été maintenues, basées sur la priorité donnée à la qualité des soins délivrés aux patients et à la prévention des infections, à l’intégration de la recherche clinique aux soins dans une optique d’amélioration des pratiques et du devenir des patients, au développement des techniques peu ou non invasives de soins et le surveillance, et à la prise en compte de la dimension éthique de la réanimation. Les centres d’intérêt se sont également étendus pour inclure un fort volet dédié à la surveillance et l’exploration hémodynamique non-invasive par échocardiographie, dont le service est un terrain de stage pour les médecins en formation à cette technique, sous l’impulsion du Pr Armand Mekontso Dessap, chef du service depuis Septembre 2015.